• Wix Facebook page
Dossier de Presse









​​

Troisième Album "La Criée"
 

TÉLÉRAMA/ 4 clefs (ffff)  pour l'album "La Criée" /02 avril 2019 chronique d'Anne Berthod

Ils sont français, viennent du classique ou des musiques improvisées et repoussent, telles des herbes folles, sur tous les sentiers de traverse de la vieille Europe : redescendus de leurs Carpates, où ils culminaient avec l’album A dos de géants à des sommets d’inventivité, les quatre francs-tireurs de Zakouska migrent sur les rives méditerranéennes avec le mordant d’un vent de mistral, des rires de sorcières joyeuses et des cordes en bourrasques.

On regrette un peu le lyrisme mélodique du disque précédent, mais on retrouve la même fraîcheur des arrangements, la même impertinence de ton. Les voix, du reste, sont de la partie, ajoutant piquant et poésie (dont un « hommage à ceux qui savent vivre lentement […], à ceux qui voguent, ceux qui flottent ») aux brusques embardées des violons et au roulis des guitares. On entend les clameurs des pêcheurs sur le port de Marseille et le blues oriental échappé des tavernes de Smyrne, la danse ivre d’une fretless, la valse amoureuse d’une lyre crétoise et le groove balkanique de l’accordéon. Des caquètements de poules invitent même au rodéo sur Cowboy : hardi !

France Culture deux morceaux live dans l'émission "Une vie d'artiste" avec Aurélie Charon / 09 mars 2019

RADIO BEOGRAD (SERBIE) Chronique de l'album et diffusion du titre "Rrose" dans l'Emission Disco 3000 avec Bojan Dordevic le 25 juin 2019

http://www.rts.rs/page/radio/sr/story/1466/radio-beograd-3/3565363/disco-3000.html

RFI live et interview dans l'émission "Musique du Monde" avec Laurence Aloir et le Trio Joubran / 21 avril 2019

RFI ANGLETERRE / interview et diffusion du titres titres "Cow-Boy" et "Oreganum" dans l'émission "World Music Matters" avec Alison Hird / 18 avril 2019

Télérama Sortir /18 mars 2019

À la fois virtuoses, ultra-inventifs et furieusement groovy, quatre musiciens (violons, guitare et accordéon) migrent des Carpates aux rives méditerranéennes sur l’album La Criée : un répertoire sec et frais comme le mistral, qui décoiffe à coups de rires sauvages, de brusques embardées et de courants d'air vivifiants, et qui devrait, comme le précédent, tenir toutes ses promesses sur scène.

ALBUM EN DIFFUSION SUR FIP mars 2019

ROOTS TIME (BELGIQUE) :

Chronique de l'album par Jan van Leersum

https://www.rootstime.be/index.html?https://www.rootstime.be/CD%20REVIEUW/2019/MEI1/CD57.html

   Zakouska is een Russische hors d’oeuvre dat genuttigd wordt met een glas wodka, maar hier is het de naam van een Frans kwartet die folk of zoals het tegenwoordig vaker wordt genoemd world muziek brengt. Het gaat om Élodie Messmer (vcl, vln, perc.), Aline Hoelberg (vcl, vln, lier), Arthur Bacon (vcl, accordeon, perc., Fabien Bucher (vcl, gtr, fretless gtr, perc.). Hun muzikale achtergrond en opleiding bestaat uit klassieke muziek en de geïmproviseerde variant, hun uitvalsbasis is Strasbourg. De groep werd opgericht in 2009, hun eerste album “Musique roumaine aventureuse et improvisations scandaleuses” verscheen in 2012, en draaide zoals de titel aangeeft vooral om Roemeense muziek. In 2014 verscheen “À dos géants” waarin voornamelijk manouche en klezmer. En dan is er nu “La Criée” met muziek die gebaseerd is op de geluiden uit de kuststrook rond de Middellandse zee, van de kreten van de vissers in de haven van Marseille tot de oosterse blues die uit de taveernes in Smyrna waait. De muziek is live opgenomen in “Cheval Blanc”in Schiltigheim bij Strasbourg.

De sfeer wordt onmiddellijk neergezet in het openingsnummer “Winterschnitzel”, fraaie woordloze samenzang, accordeon, violen en onmiskenbaar de klank van klezmer en/of gypsyjazz oftewel manouche. In het melancholische “Rrose”wordt er een gesproken hulde gebracht aan allerlei zaken, mensen , bijvoorbeeld aan de invalide, aan hen die liefhebben zonder het te vertellen, aan de stilte van de storm, de kreten van de zangers, het dagelijks geluid , de havendam etc. Het instrumentale “Oreganum” laat horen hoe perfect deze vier muzikanten hun instrument beheersen, het is een genot om het fraaie samenspel van de verschillende instrumenten te beluisteren. Een bloedstollend tempo houden ze aan in “Trace” met jankende violen, supersnel gitaarspel à la Django en overal de klank van de accordeon, heel straf. Humoristisch is “Bling Bling”met het geluid van kakelende kippen en hanengekraai, waarna het terstond overloopt in hillbilly met de duidelijke titel “Cow-boy”, het verband met de Méditerranée ontgaat me, maar het klinkt prima. De “Valse des vagues” brengt de musette voor het voetlicht met o.a. prachtig gitaarspel van Bucher. “La Criée”begint met straatgeluiden waarna de klank van de Oost-Europese muziek die al eerder aan bod kwam in hun repertoire in alle hevigheid losbarst met een spannende tweestrijd tussen gitaar en de strijkers, wat een feest ! Oriëntaalse klanken bepalen klank en sfeer in “Aspasia”, de levensgezellin van Pericles. In “Crète”zijn het natuurlijk Griekse klanken die de dienst uit maken, geen sirtaki maar wel dansmuziek. Uitermate vrolijke en temperamentvolle muziek die Zakouska maakt, het doet verlangen naar de zomer !

Deuxième Album "À Dos de Géants"

TÉLÉRAMA/ SELECTION "Les 40 meilleurs disques de l'année 2014" (décembre 2014)

 

TÉLÉRAMA/ 4 clefs (ffff)  pour l'album "À Dos de Géants" /30 avril 2014 Anne Berthod

Enfin de la musique de l'Est qui sort des sentiers (re)battus par les fanfares à boire et à danser. De la musique à la fois made in France, enracinée dans la tradition roumaine et formidablement inventive. Car il faut entendre la science avec laquelle ces quatre musiciens affranchis traversent de nouveau les Carpates, usant de leur formation classique ou de leur background jazz pour réenchanter mélodies et harmonies : dans une bourrasque de cordes sauvages, avec violons pizzicato, guitare en slap rock'n'roll ou jouée comme un cymbalum et accordéon groovy. De transe musette en embardées manouches, leurs arrangements, jamais gratuits, sont aussi foisonnants que cohérents. Sans compter que ces virtuoses maîtrisent suffisamment le répertoire balkanique pour s'autoriser quelques délires comme la technique tsigane dite du crin de cheval (utilisé à la place de l'archet), au frottement canaille jubilatoire.La violoniste de Zakouska, Elodie Messmer, n'en est pas à une excentricité près. Au sein du groupe Lolomis (1), quatuor autrement expérimental, elle joue du violon plus rock que baroque et de la harpe en syncopes furieuses. A ses côtés, un percussionniste en transe techno, un flûtiste free et une chanteuse au sabir slave adepte du slam. Ensemble, ils emmènent le folklore tsigane sur le terrain des musiques actuelles, faisant sonner leurs instruments classiques comme de la pop ou de l'électro : une exploration 100 % acoustique qui revigore. 

 

FRANCE BLEU ARMORIQUE/ Breizh Session/ avec Yann Brialix / 16 avril 2014

 

LES INROCKUPTIBLES/ Le Monde des Musiques du Monde (33) / Louis Julien Nicolaou / 15 avril 2014

Zakouska, excessif et jouissif

Le zakouska, c’est ce hors-d’œuvre préparé à partir d’œufs de poisson ou de crudités dont les Russes raffolent. Un nom qui convient parfaitement à ce quartet proche de Lolomis (le violon d’Elodie Messmer officie dansles deux formations) et à sa musique savoureuse empreinte de rires slaves, de trépidations roumaines et de stridences tziganes. A dos de géants est un disque excessif, plein de virages et de pentes, semblable à ces montagnes russes que l’on dévale à fond de train pour exulter au grand air. Une belle promesse pour le concert qui se déroulera au Sunset le 24 avril.

 

L'HUMANITÉ  / Fara C. / 12 avril 2014

À Dos De Géants

Révélé au sein du collectif strasbourgeois l'Assoce Pikante, Zakouska présente, en tournée, son deuxième CD, À dos de géants, en lequel il s'adonne à son plaisir favori : jouer à saute-frontière. Le quartette (Aline Haelber, Elodie Messmer, Arthur Bacon et Fabien Bucher) , qui a le mérite de respecter la parité hommes-femmes, nous convie à deux radieuses fiançailles entre jazz et musique roumaine. Il se lance dans des improvisations intrépides, sans hésiter à faire la niques aux cliches. Grâce à eux violons, guitares, percussions, voix et accordéon dansent ensemble. Ils font valser horas, sirbas et autres formes préétablies avec une insolente jubilation.

 

MUSIC FRAMES (NL)/ Mattie Poels / 20 jan. 2015

French quartet Zakouska is one of the finest quartets of their kind. Two violins, guitar and accordion play wonderful world music on their second album ‘à Dos de Geants’. Music with a high roma, Hot Club de France (manouche) and klezmer content. Exciting, virtuoso complemented with a generous dose of humor. Smoking tzigane turbo-folk!

The music of Zakouska moves freely through the Carpathians. A high-flying Czech, Polish, Slovak, Ukrainian, Romanian, German, Serbian and Hungarian mix. Elodie Messmer and Aline Haelberg respectively play violin and viola and sing sometimes phonetically. Fabien Bucher plays (fretless) guitar and percussion and the accordion is played by Arthur Bacon. The group was founded in 2008 by four classically trained musicians, based at Strasbourg. Determined, confident and exquisite rhythmic music, with hardly any percussion. Many improvisation with remarkable guitar playing that moves on the edge of manouche while the accordion performs predominantly Bulgarian-Romanian idiom. Nowhere the music is played in one style and frequently crossovers are added in between the beats. Impeccable musicianship which the workmanship is deployed to a rich array of tempo and timbre changes that makes the Eastern European music thump, cry, saws and laugh with sometimes a humorous nod. ‘à Dos the Giants’ (On the Back of the Giant) sounds so natural that you almost forget how clever compositions are put together and how talented these musicians are. An exceptional quartet as you rarely encounter!

  • Zakouska: ‘à Dos de Geants’ (PlayaSound/Xango)

 

LA PREMIÈRE (RTS)/ Concert Live dans l'Emission "PARADISO" avec Yann Zitouni/11 mars 2014

 

ANTENNE 2 (RTS)/ Émission “L’Écoute des Mondes”/ Vincent Zanetti/ 04 mai 2014

"(...)Dans Zakouska, on retrouve tout ce qu'on peut attendre d'une musique vivante:

une maitrise instrumentale irreprochable, des arrangements soignes qui savent laisser une belle place à l'improvisation, et en même temps, une solide connaissance des répertoires traditionnels, que les quatre complices savent appréhender et tourner à leur manière, en toute liberté.(...)"!

 

DIFFUSION SUR : FIP, RADIO CAMPUS (PARIS)

CRINCRIN le clip (sortie en novembre 2015)

Séléction officielle en festivals de film d'animation :

- Festival du Film d'Animation de Paris (2016)

- BIAF (CORÉE/2016)

- Olhares do Mediterrâneo (ESPAGNE/2016)

- Supertoon Festival (CROATIE/2016)

26 déc, 2015 Chronique sur onestpassourd.fr

 dans Orient express / Vents d'est  taggé Alsace / Clip / Jazz par onestpassourd
Les Alsaciens de Zakouska mettent le cap à l’Est avec le superbe clip animé de Crin-Crin…
Les mots sont des couteaux aux mains de lanceurs malhabiles. Pointus, aiguisés, ils atteignent trop vite leur  cible et, quand on veut les arrêter, il est déjà trop tard. Les mots sont des balles qui traversent les filets et s’en vont mourir dans des dialogues de sourds. Méfiez-vous des mots car ils ne savent pas ce qu’ils disent.
Les mots sont des enfants pas sages qui refusent de se ranger en rang deux par deux. A la moindre occasion, ils échappent à la bouche qui les nourrit. Ils entrent, ils sortent, comme dans un moulin à paroles. On les retrouve parfois devant la porte, l’air mauvais, l’haleine fétide, prêts à sauter à la gorge du premier venu.  Mes mots rient quand je suis en colère.
La musique de Zakouska n’a pas de mots et je n’en ai pas assez pour exprimer les transports qu’elle me procure. A dos de géants -le titre de leur album – on met le cap à l’Est. Direction les Carpates. Mais pas la version attrape-couillons, plutôt celle des légendes que le quatuor réenchante. Tout ceci n’est-il donc qu’un songe ? Pincez-moi les cordes sensibles.
Le quatuor sort ces jours-ci le clip de Crin-Crin. Écoutez. Regardez. Dans quelques secondes, vous serez déjà loin…

 

1er Album "Zakouska" 2012

LA PREMIÈRE (RTBF)/ Concert Live dans l'Emission "LE MONDE EST UN VILLAGE" avec Didier Mélon

/02 mai 2013

​​​

TRAD MAG/ CHRONIQUE CD DE L'ANNÉE/ novembre décembre 2012/ Mathieu Rosati

Ca cahote, ça virevolte, se suspend . C'est entraînant, étonnant, parfois délirant .
C'est une écriture fine, un son bien relevé mais sans excentricité racoleuses .
Bref le premier album de ce groupe tsigano-lunaire n'a pas fait les gros titre en 2012 et c'est bien dommage .

​​

DNA (Dernières Nouvelles d'Alsace)/ Valentin Stoeffler / juillet 2012
Grande soirée pour le Taps Scala vendredi dernier avec le groupe Zakouska et se musique tout droit venue de Roumanies.
De la musique tzigane dans tous ses états, c'est bien ce qu'a proposé le quartett à un public comblé dès les premières minutes. Le groupe Zakouska s'est produit dans une salle comble et l'ambiance était au rendez vous. Sur une base de musiques tsigane, Zakouska nous emmène dans un univers parfois jazz, souvent dansant et drôle, qui transporte immédiatement l'auditoire. La mise en place des différents morceaux et structures au sein de ces dernier est impressionnante, tout est millimétré, les départ propres et l'énergie du groupe visible. La virtuosité palpable de ces quatre instrumentistes est au service de la musicalité et de l'émotion. Le quartet en plus de sa force d'un point de vue musical, prend des risques avec une mise en scène travaillée qui donne encore plus de profondeur eu spectacle. Il s'agit presque de théatre lorsque les violon d'Aline Healberg et Elodie Messmer se répondent dans un dialogue renversant. L'énergie et l'humour de l'accordéoniste Arthur Bacon détendent la salle entre les morceaux et son acolyte à la guitare Fabien Bucher utilisie parfois son instrument de manière détournée pour apporter un support rythmique. L'engouement du public pour la musique manouche et tsigane n'est plus à prouver et cela se confirme sur les visage des spectateurs de la salle. Avec son fort caractère, Zakouska a fait l'unanimité et montre que quand on prend du plaisir sur scène, cela fait toute la différence​

​

MONDOMIX / Mai-Juin 2012 / François Mauger
On ne s’ennuie pas chez Zakouska. Dès que la monotonie menace, ce quatuor de l’est de la France s’évade vers l’est de l’Europe, les vertes vallées de la Roumanie et leurs étourdissantes mélodies. Ivres de
souvenirs de voyage, les quatre amis (Aline Haelberg, Elodie Messmer, Arthur Bacon et Fabien Bucher) s’élancent sur une route musicale toute en virages, pleine de descentes à pic et de remontées à couper le souffle. Violons, accordéons et guitares courent, grognent et, parfois, crachent leurs poumons.
Entre deux pics, le groupe s’autorise une pause bucolique. Une passagère, Laetitia David, en profite pour monter à bord et entonner une chanson d’amour. Mais, à aucun moment, le puissant moteur de la formation ne ronronne.​

​​

TRAD MAG / septembre-octobre 2012 / Francis Couvreux
De la musique traditionnelle roumaine, on se dit à priori qu’il vaut peut-être mieux l’écouter jouée par des musiciens roumains. Sans doute. Sauf que ce qui fait l’intérêt de la démarche de Zakouska, groupe formé à Strasbourg en 2009, c’est justement cet écart, cet en dehors, cette appréhension d’une tradition qui n’est pas la leur à partir du bagage musical divers et varié des quatre excellents instrumentistes : Elodie Messmer (violon, bratsch), Aline Haelberg (violon), Fabien Bucher (guitare, guitare fretless) et Arthur Bacon (accordéon). Sirbas, horas et autres rythmes endiablés dont le groupe a une bonne connaissance sont appréhendés en toute liberté, passés à la moulinette Zakouska qui marie tradition et poésie sonore (l’admirable ballade sur la mer noire) en conjuguant irréprochable maîtrise instrumentale, arrangements personnels soignés (une touche de jazz, une autre de musique classique voire contemporaine) et place laissée à l’improvisation. Bref, cette tradition vivante qui donne lieu à d’intelligents détournements est très convaincant.​
​

FRANCE CULTURE / Movimento par Jeanne-Martine Vacher / Diffusion du titre "Sîrba de Stoican" / 28 avril 2012
​​
MUZIKA! sur Babelmed.net par Nadia Khouri-Dagher

La zakouska désigne un plat roumain à base de poivrons, de tomates, d’oignons, de carottes, d’épices, et d’huile d’olive, voisin évidemment de la chakchouka algérienne, car l’Empire ottoman s’étendait jadis, en forme de croissant de lune autour de l’Est de la Méditerranée, de l’Europe balkanique jusqu’à l’Algérie, mixant les cultures, culinaires et musicales notamment! […]
Elodie Messmer et Aline Haelberg au violon et/ou au bratsch (ce grand violon roumain au son plus grave), Fabien Bucher à la guitare et Arthur Bacon à l’accordéon, sont partis en Roumanie écouter et enregistrer des airs traditionnels. Ils les retravaillent ici et s’en servent parfois comme base pour des compositions hardies, tout en restant dans l’esprit de ces musiques, qui combinent tradition et liberté. […]
Notre quatuor raconte dans le livret, enthousiaste, avoir découvert avec leurs voyages “toute une Roumanie sonore brassant une matière que l’on ne soupçonnait pas aussi vivante et foisonnante”: c’est un peu de cet enthousiasme et de ce foisonnement sonore que leur premier album restitue, avec bonheur. ​

​​

ZICAZIC.COM / 13 mai 2012 par Fred Delforge
Réunion de quatre musiciens aguerris tout droit sortis des plus grands conservatoires, Zakouska est une création originale qui s’appuie autant sur les traditions roumaines que sur une improvisation follement débridée. […]. Présenté sous la forme d’un recueil de « Musique roumaine aventureuse et improvisations scandaleuses », le projet est un formidable melting pot dans lequel les traditions et le modernisme finissent par ne faire qu’un, un creuset chauffé à blanc où la mélancolie omniprésente, la monotonie redondante des musiques slaves et le côté le plus festif des populations de l’Est de l’Europe parviennent à donner naissance à une sorte de dialogue instrumental plein d’ingéniosité et de saveur. La perfection palpable des instrumentations n’enlève absolument rien à la spontanéité du jeu et c’est en apportant des accents presque rock à des arrangements très world et à des sonorités acoustiques que Zakouska en arrive à nous présenter une dizaine de pièces empruntées au répertoire traditionnel tout en insufflant beaucoup d’originalité et de personnalité à des morceaux comme «  Be Bop », « Ballade sur la mer noire », « Sîrba de Stoican » ou « Sîrba de Lucian ». Que l’on soit un inconditionnel des musiques slaves ou un simple curieux intéressé par des découvertes originales et des saveurs épicées, cet album est un événement qu’il convient de ne pas manquer ! Avis aux amateurs …​
​​

LE CANARD FOLK (Belgique) par Marc Bauduin / mai 2012
Zakouska : Musique roumaine aventureuse "et improvisations scandaleuses", ajoute le groupe à ce titre. Les quatre musiciens français poussent les traditionnels roumains dans un vent de folie. Les horas, sirbas et autres airs sont tantôt agrémentés d'envolées et de trépidations en un véritable feu d'artifice, tantôt le prétexte à de longues improvisations d'où finit par ressortir une mélodie. Cela sent le jazz et le classique, mais au service d'une interprétation totalement débridée de la tradition. Aline Haelberg (violon), Elodie Messmer (violon, bratsch), Arthur Bacon (accordéon) et Fabien Bucher (guitare, guitare fretless) sont des improvisateurs virtuoses.​


HORIZON MAGAZINE / avril 2012

[…] Au travers des 10 titres qui composent l’album, Zakouska nous propose une balade dans le répertoire traditionnel roumain appris parfois sur téléphone portable. Tout dans cet opus est fait pour surprendre et dépayser, mais toujours dans le but de nous envoûter.​
​
​
​